Taubira démissionne. Et après ?

Taubira vient donc de démissionner. L’égérie des bobos homosexuels et autres gauchistes des beaux quartiers n’exercera plus son oeuvre de nuisance au sein du ministère de la justice.

Et après ? Remplacé par un apparatchik du PS, elle est désormais libre de rejoindre le camp des « frondeurs », de Montebourg à Hamon. Avec en point de mire la présidentielle de 2017, une candidature dissidente de l’une ou de l’autre, tous aussi inutiles, un Juppé au deuxième tour face à Marine Le Pen et cinq ans de plus de socialisme sous la bannière RPS.

Comme je dis souvent, ne nous réjouissons pas trop vite, le pire n’est jamais sûr.

 

Share Button

Taubira en roue libre

Présent 8408 via NOVOpress

À quelle population selon vous s’adresse Christiane Taubira à quelques mois de la raclée électorale annoncée, quand elle propose que la conduite sans permis ne soit plus un délit ? Il suffisait d’entendre ce matin à la radio les délinquants concernés pour se faire une idée.

Qui conduit sans permis (et au passage sans assurance ni aucun respect des règles) ? Ni vous ni moi. Mais une forte proportion de racailles et de voyous dont le comportement est à cet égard (et à d’autres) totalement criminel. L’un d’eux était tout étonné au micro de RMC de n’avoir écopé que de 300 euros d’amende pour avoir été contrôlé sans permis : « J’le croyais pas ! » Et tu aurais été bien bête de le passer, la vie d’ma mère !

Moins cher que de se prendre trois radars dans le mois (pour un dépassement de 5 km/heure). Et ça devrait devenir le tarif ordinaire selon l’une des dispositions du projet de loi intitulé « La justice du XXIe siècle » (excusez du peu) que devait présenter notre madone des détenus ce vendredi en Conseil des ministres : une simple contravention, qui ne donnerait plus lieu qu’à une amende de 500 euros grand maximum. Au tarif du permis de conduire (2 000 euros dans le meilleur des cas) inutile de dire que pour beaucoup, ce sera vite vu.

Le défaut de permis de conduire était jusque-là passible d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende, mais il est tellement répandu qu’il engorge les tribunaux. C’est la saine méthode Taubira : les pédophiles encombrent les tribunaux ? Supprimons le crime de pédophilie !

La « déjudiciarisation » des délits routiers avait déjà été envisagée lors des débats préparatoires entourant la réforme pénale de 2014. Mais redoutant un (nouveau) procès en laxisme, la Chancellerie y avait renoncé. Elle revient à la charge, en recadrant très scrupuleusement son projet de réforme.
Pendant ce temps, haro sur le brave conducteur lambda titulaire d’un 12 points qui a payé toutes ses leçons de code et de conduite, ses assurances, son contrôle technique, son stationnement et qui conduit ceinture bouclée, à jeun, sans oreillette, ni cigarette, ni tongs, en respectant le 130. Au faciès lui, il prend cher.

Caroline Parmentier

Share Button

♫ Djobi, Djoba ♫

Image d’illustration bien sûr

 » Treize personnes ont été interpellées mardi en région toulousaine, lors d’une vaste opération de gendarmerie mobilisant près de 250 militaires, visant un réseau de vol d’outillage agricole, de carburant et de métaux, principalement dans des zones rurales du Sud-Ouest, a annoncé la gendarmerie.

Les gendarmes agissaient dans le cadre d’une commission rogatoire délivrée par un juge d’instruction de Tulle pour vols aggravés, en l’occurrence 80 cambriolages ou vols, et association de malfaiteurs, a indiqué la région de gendarmerie du Limousin.
L’opération est intervenue après « plusieurs mois d’enquête » des gendarmes du Limousin, co-saisis avec l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI). Elle visait à démanteler « un groupe structuré, principalement localisé sur Toulouse, et qui s’était spécialisé dans le vol d’outillage, de matériel électro­portatif (outillage électrique), de carburant et de métaux », a précisé à une correspondante de l’AFP le chef d’escadron Yves-Olivier Braud, de la Région de gendarmerie du Limousin.
Selon les enquêteurs, le groupe opérait sur six régions: Limousin, Midi­Pyrénées, Languedoc­Roussillon, Aquitaine, Auvergne et Centre. Répartis en plusieurs équipes, quatre à cinq nuits par semaine, il menait « de véritables raids nocturnes au cours desquels il commettait de multiples cambriolages, essentiellement en milieu rural ».
Aucune estimation du préjudice subi n’avait été communiquée mardi.
L’opération d’envergure a mobilisé mardi 60 enquêteurs de la région Limousin, appuyés par 60 gendarmes de la région Midi­Pyrénées, sept pelotons de gendarmes mobiles, un hélicoptère de la section aérienne de Toulouse, et des experts de l’OCLDI et d’Europol. Soit environ 250 personnes au total.
A la suite de l’opération menée « sur quatre sites distincts » à Toulouse et à Montauban, treize personnes ont été interpellées et placées en garde à vue, a-t-on précisé auprès de la gendarmerie. Elles doivent être transférées à Tulle. »

Source

Merci aux forces de Gendarmerie pour leur travail mais je crains que la justice taubiresque ne les remette immédiatement en liberté.

Votez bien dimanche.

Share Button

Non à la censure sur internet !

Monsieur le Premier ministre,

Le 6 février dernier, Mme Taubira, Garde des sceaux de votre gouvernement, a publié un décret permettant le blocage administratif des sites internet.

Officiellement, ce décret concerne la lutte contre le terrorisme. Cependant, cette décision nous semble extrêmement inquiétante pour les libertés publiques.

L’administration s’arroge ici un pouvoir qui relève de la justice, au mépris de la séparation des pouvoirs.

Et on voit mal pourquoi elle s’arrêterait aux sites faisant l’apologie du terrorisme. Comment ne serait-elle pas tentée de bloquer, de proche en proche, tous les sites internet qui auront le malheur de déplaire au pouvoir en place?

Au demeurant, il est très improbable que ce blocage gêne les terroristes eux-mêmes.

Et, si, par impossible, il y parvenait, quel serait l’intérêt de vaincre les terroristes qui attaquent nos principes et nos coutumes, et, en particulier, notre liberté d’expression, si nous le payions précisément de l’abandon de ces principes?

C’est pourquoi, Monsieur le Premier ministre, nous vous demandons instamment de retirer ce décret inutile pour lutter contre le terrorisme et dangereux pour nos libertés.

Dans cette attente, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier ministre, l’expression de notre haute considération.

Signer la pétition

Share Button

Justice Taubira

Tirs à la kalachnikov à Marseille : fin des 4 gardes à vue, aucune charge

Dans l’appartement des quatre remis en liberté, la police avait retrouvé lundi sept kalachnikovs et plusieurs kilos de cannabis.

La garde à vue des quatre occupants de l’appartement de la cité de la Castellane à Marseille, dans lequel la police a retrouvé lundi sept kalachnikovs, a été levée vendredi, a-t-on appris de source policière. Les quatre personnes, arrêtées mardi, ont été remises en liberté sans charge, a indiqué la même source, confirmant une information du site internet de La Provence. L’enquête se poursuit, a-t-on également précisé. Lundi, les policiers avaient, peu après les tirs survenus quelques heures avant l’arrivée du Premier ministre Manuel Valls à Marseille, retrouvé sept kalachnikovs et plusieurs kilos de cannabis dans cet appartement, avait indiqué une source policière. Ils avaient ensuite découvert à proximité « une BMW faussement immatriculée » dans laquelle se trouvaient « 2 fusils à pompe, 400 cartouches de gros calibre et un gilet pare-balles », avait précisé une autre source policière.

Mardi, les enquêteurs de la police judiciaire de Marseille, chargée de l’enquête, auditionnaient plusieurs personnes afin de déterminer le « déroulement exact des faits ». « On nous parle d’individus cagoulés. (…) Nous cherchons à savoir ce qu’ils étaient en train de faire », avait-on précisé. « Il y a un premier appel pour signaler des individus cagoulés », avait-on détaillé de même source. « Après, il y a des tirs, c’est indiscutable, contre la police », avait précisé cette dernière source, mais les enquêteurs s’interrogeaient sur d’autres tirs, postérieurs ou antérieurs, sachant que les policiers avaient retrouvé des douilles à un seul endroit.

Source

Share Button