Moirans, Aiton, Montargis : la France qui sombre

Séquence apocalyptique à Moirans : des carcasses de véhicules dérobées à une casse, empilées et incendiées, ont transformé le quartier de la gare en un brasier insurrectionnel. « En 21 ans, je n’ai jamais vu une telle violence […]. La démocratie est bien malade », se désole le maire. Tout est parti d’une simple décision de justice ; un refus de permission de sortie sollicitée par un détenu désirant assister aux obsèques de son frère, décédé dans un accident à bord d’une BMW volée et suspecté de plusieurs cambriolages. La famille est issue d’un camp de « gens du voyage sédentarisés » (à quand, les « sédentaires nomadisés » ?), qui a entrepris d’appliquer sa propre loi pour faire fléchir les institutions.

« Il va y avoir du grabuge. Je n’ai plus rien à perdre. On a des soutiens dans des camps partout en France. Tout le monde va se révolter », menace Adèle Vinterstein, mère des deux frères. Selon elle, « il n’y a pas eu de violence, juste des voitures cassées ». Mais cette fois, même les médias sont partagés. Là où les timorés de service évoquent du bout des lèvres des « incidents », d’autres s’enhardissent à parler de « guérilla urbaine ». Stupeur des journalistes lors de l’interview du préfet de l’Isère, sur les lieux mardi soir. La situation est « sous contrôle ». Des interpellations ? Aucune. Une centaine de fauteurs de troubles ; pas un seul n’a été arrêté. Pendant ce temps, Manuel Valls prône à grands coups de clics « la fermeté et le rétablissement de l’ordre républicain » sur Twitter. Quand il ne sait plus quoi dire, le Premier ministre brandit la « République » comme un étendard. Qui flambe au fil de la politique démissionnaire de son gouvernement.

Dans le centre de détention d’Aiton en Savoie, où est incarcéré le fils Vinterstein, une mutinerie a été organisée par 46 taulards, qui ont mis le feu à une coursive et détruit les serrures des cellules. Quelques heures plus tôt, la gare de Montargis fut le théâtre d’un règlement de comptes entre bandes rivales : 80 délinquants cagoulés, armés de bâtons et de pierres, ont causé des dégâts considérables sous les yeux des usagers médusés. La police, arrivée une heure plus tard, n’a procédé à aucune interpellation. « Il n’y a aucun contrôle dans ces trains. Les jeunes montent sans ticket et sans surveillance », déplore le député-maire, qui réclame des effectifs supplémentaires. La veille, à Melun, un bus avait été démoli et son chauffeur blessé par une vingtaine de racailles. Mardi, à Castres, un camp illégal de gens du voyage, qui endommageaient les voies ferrées en y jetant des plaques de béton et agressaient les voyageurs, a enfin été expulsé. Les trains ne roulaient plus depuis quinze jours. Un autre terrain avait pourtant été proposé par le maire, mais « ils ont refusé car ils ne veulent pas se mélanger » aux occupants qui y sont installés.

La France sombre chaque jour un peu plus sous le poids des communautarismes qui exigent une législation à la carte et ne respectent plus aucune règle. Comportements régressifs, anomie, violence triomphante : l’ère du « dialogue » est révolue. Les Français ne veulent plus de l’angélisme de madame Taubira, de l’enfumage d’un Razzi Hammadi, qui osait affirmer sur BFM TV mardi soir : « Il n’y a pas d’embrasement, je vois de l’espoir », tandis que François Hollande se faisait huer par sa propre base électorale à La Courneuve, à laquelle il balance des miettes de mesures antiracistes quand elle lui réclame d’abord du travail. Éblouie par son arrogance, cette caste de gauche n’entend plus rien à la France ni à ses blessures profondes. Une France qui subit, qui ne cicatrise plus, qui oscille entre révolte et incompréhension, qui n’a d’autre horizon que de serrer les dents et de ravaler sa rancœur en attendant la sentence des urnes.

Eloïse Gloria

Via Boulevard Voltaire

Share Button

Les blédards font du ski

Politesse, discrétion, respect des règles, etc…tout cela leur est étranger.

Share Button

Bal tragique à Roubaix

Kader égorge Ahmed

Share Button

Belgique-Algérie

Bon alors résumons :

Si l’Algérie bat la Belgique, ça va être une violente mais festive™  démonstration de joie sur les Champs Elysées et sur la Canebière.

Si la Belgique bat l’Algérie ça va être une violente mais compréhensible démonstration de tristesse sur la Canebière et les Champs Elysées.

Si y’a match nul, et bien, vous m’avez compris…

Share Button

Chance pour la France ?

EVRY (NOVOpress) – Amar Tabbakhe (ci-contre) est jugé jusqu’à vendredi par la cour d’assises de l’Essonne à Evry pour enlèvement, séquestration et viol sur mineur, en état de récidive. L’homme est accusé d’avoir violé en mai 2011 une fillette de 10 ans à Viry-Châtillon (Essonne). La petite victime avait été enlevée lors d’une kermesse alors qu’elle allait acheter un sandwich pour sa grande soeur.

La fillette avait été emmenée de force dans une voiture puis violée à plusieurs reprises. Son agresseur l’avait ensuite ramenée trois heures plus tard à Viry-Châtillon. Amar Tabbakhe a été condamné à plus de trente reprises, dont deux fois pour viol. Sa dernière condamnation remontait à 2010 : il avait écopé déjà à Evry de deux ans de prison ferme pour un viol commis en 2009. Une peine qu’il avait purgée, avant de récidiver quelques mois après sa libération.

Share Button

Spleen

Pfiouu, plus de billet depuis près de 10 jours. Rassurez-vous je n’ai pas la prétention de croire que cela manque à quiconque. Pourtant, la météo de ces derniers temps aurait été propice à des épanchements blogosphériques mais la tête n’y était pas. Ne pas pouvoir galoper dans la verte pendant plus d’une semaine, cela mine le moral et engourdit les phalanges.

L’actualité a pourtant accouché d’un évènement festif s’il en est avec la victoire du Qatar Saint-Germain dans le championnat d’Afrique de France de pousse-citrouille. Lundi 13 mai, des hordes de nwars subsahariens et de métèques nord-africains ont donc fêté ça à leur manière habituelle, en cassant et brulant. Le tout dans le 16ème arrondissement de la capitale. Gazolito et tous les médias à sa suite ont bien tenté comme à leur habitude d’incriminer les « ultras » et l’extrême droâââte, les images ne trompaient personne.

La loi autorisant le mariage des pousses-merde et les brouttes-minous (je l’aime bien celle-là 🙂 ) à logiquement passé l’examen du conseil constitutionnel et normal 1er l’a promulgué.

Bouteflika est vivant. Après avoir été soigné à nos frais, il coule maintenant des jours heureux dans un appartement de convalescence du service de santé des armées; toujours à nos frais donc.

Et pendant ce temps là, à Notre Dame, un honnête homme est mort.

Share Button

Pistorius déjà condamné par les médias français

Telles des hyènes, nos médias bien pensants se sont rués sur l’affaire Pistorius après avoir encensé l’athlète lors des JO de Londres.

Pensez donc, cet homme, qualifié de sanguin et amateur de vitesse avait en outre l’outrecuidance d’être amateur d’armes, tireur émérite et, comble de l’infamie pour nos plumitifs germanopratins, favorable à la peine de mort. Tout cela, mais nos zélites parisiennes se gardent bien de le rappeler, dans le contexte d’un pays gangréné par la violence et le crime depuis la fin de l’apartheid.

Comble de l’hypocrisie, les médias franchouilles se font l’écho d’une possible absorption de drogues avant les faits alors que ces mêmes bobos folliculaires sont les premiers à soutenir la légalisation du cannabis en France. Comme d’habitude, on marche sur la tête.

Loin de vouloir disculper le sud-africain, j’aimerais de la part de nos journaleux une indignation similaire pour les abominations quotidiennes commises sur notre sol par nos chances pour la France !

Avez-vous par exemple lu ou entendu dans nos merdias nationaux ces affaires prises au hasard : , ou ici ? Non bien sûr. Relater ces faits au 20h ferait le jeu de l’extrême droâte. Pas bon, ça. Dormez braves gens, Normal 1er et Manu veillent sur vous.

Share Button

Marine Le Pen : Lisez France Orange Mécanique !

Share Button