UMPS !!

Via Fdesouche

Merci au Canard enchainé.

Share Button

Le soufflet retombe

Après des tentatives éhontées de récupération de la gauche et de la droite, le soufflet est retombé.

Ainsi, hier soir, lors d’une manifestation organisée sur les lieux de la rixe ayant entrainé la mort de la petite frappe gauchiste du militant antifasciste au visage poupin Clément Méric, on a vu successivement la pourriture du Front de gauche Corbière hué par la foule, NKM insultée par les forces de progrès d’extrême gauche, son double Hidalgo exfiltrée discrètement et le repris de justice Harlem Désir faire dans son froc et courageusement renoncer à affronter les nervis de la Place St Michel.

Les participants d’extrèèèèème droââââte à la bagarre ont été interpellés. Mais le discours médiatique a évolué, après le « lâche assassinat » on commence maintenant à parler de rixe qui aurait mal tourné…

Dire que si c’était un mal-pensant qui avait été la victime dans cet histoire, cela aurait au mieux fait l’objet d’un entrefilet dans la presse et n’aurait même pas été évoqué à la télé.

Ah, au fait, Yacine, il est introuvable aujourd’hui par nos journalopes d’RTL ?

Share Button

Pour une fois (mais pour une fois seulement hein…?) j’aimerais bien habiter Paris !

3 euros pour flanquer des sueurs froides à NKM…

C’est la crise, ma pôv’ dame. Le pouvoir d’achat est en berne, l’inflation en hausse ; autant vous dire qu’avec trois euros on ne peut plus s’offrir grand-chose : à peine un jambon-beurre ou un ticket de métro (pour le retour, ce sera à pied), même pas un Big Mac ni une livre de cerises (au train où l’on va, on va finir par les acheter à l’unité comme les melons).

Ah si, quand même, on peut se payer la tête de NKM. L’humeur est morose, les loisirs se font rares, ce serait dommage de se priver d’une joie simple comme celle-là. Merci à l’UMP pour l’organisation de cette belle kermesse, les Parisiens se réjouissent par avance de participer joyeusement au chamboule-tout.

Et côté rapport qualité-prix, pour une fois, il n’y a rien à dire. 3 euros pour ébranler en profondeur le système bien huilé à droite du « vote-pour-moi-et-cause-toujours », 3 euros pour faire la démonstration que la Manif pour tous qui a commencé dans la rue va trouver tout naturellement son prolongement dans les urnes, 3 euros pour flanquer des sueurs froides à tous ceux qui pensent encore qu’une étiquette UMP collée sur le front est un label suffisant pour tenir captif à peu de frais un électorat conservateur passablement benêt pendant que l’on fait lascivement la danse du ventre et des clins d’œil aguicheurs vers la gauche.

3 euros pour montrer à une fille, petite-fille, arrière-petite-fille d’édiles (plutôt de gauche d’ailleurs), que des réseaux influents, des protecteurs distingués et même un certain talent personnel sont sans doute utiles mais pas complètement suffisants lorsque, côté convictions, c’est le désert des tartares, le trou noir, le vide abyssal. 3 euros pour donner enfin la parole à la France coite contre la « France droite ». Bref, une mini-révolution à prix hard-discount.

D’aucuns diront peut-être que tout cela est un peu vache pour Nathalie. Comme disent les enfants : « Y a pas que moi, les autres aussi ! » C’est vrai quoi, la petite n’est pas la seule, quand même, à trahir ses électeurs ! Mais parce que, elle, on la tient sous la main, elle va régler la note pour ses petits camarades, les quadras comme Le Maire et Apparu, et les sexas comme Juppé. Cela s’appelle faire un exemple. C’est un peu injuste, mais assez efficace. Et qu’elle se console, leur heure viendra aussi.

Alors, évidemment, on sait ce que sont les élections à l’UMP : on ne peut plus opaques. Alors évidemment, on imagine aisément, eu égard au battage médiatique qui est fait, que NKM et son staff n’attendent pas bras ballants la déroute et s’activent par tous les moyens à battre le rappel des troupes et à trouver une parade.

Alors peut-être NKM réussira-t-elle malgré tout à passer l’obstacle. N’empêche que, quelle que soit l’issue du scrutin, la superstar aura dangereusement vacillé sur ses talons aiguille, et en sortira — si elle en sort — le chignon en bataille et le diadème de travers. De quoi la faire réfléchir à deux fois la prochaine fois avant de cracher dans la soupe et jouer dédaigneusement contre son camp.

http://www.primaireparis.fr/

Gabrielle Cluzel via Boulevard Voltaire

 

Share Button