Grève des taxis et débordements : toujours les mêmes

Manifestations violentes des chauffeurs de taxi, en majorité arabes ou noirs, dans l’ouest parisien aujourd’hui et notamment aux abords de Roissy. Deux jours après avoir annoncé la candidature de Paris pour les jeux olympiques, on ne pouvait espérer meilleure pub contre ce projet ruineux. Quelles belles images garderont les étrangers descendant de leur avion pour découvrir notre beau pays bougnoulisé.

Car le grand remplacement, c’est aussi chez les chauffeurs de taxi. Et les mêmes causes produisant les mêmes effets, on retrouve les mêmes photos devenues banales en socialie.

 

Share Button

Sid Ahmed Ghlam : résumé d’un nouvel enrichissement

Les faits.

Paris, 13ème arrondissement, dimanche dernier. Un bougne, encore un, appelle le SAMU pour une blessure par balle. Comme ils en sont logiquement obligés dans ce cas là, les urgentistes sollicitent l’intervention de la police. Arrivés sur place, en suivant les traces de sang laissées par le sympathique étudiant en informatique algérien, les policiers retrouvent sa voiture équipée « toutes options » dont une kalash et un SIG SP2022, pistolet automatique en dotation dans la police qui s’avèrera effectivement une arme déclarée volée par un fonctionnaire.

Suit une perquisition à son domicile, une chambre flambant neuve en résidence universitaire toujours dans le 13ème arrondissement, la république est bonne fille. Ils y découvrent la panoplie du parfait petit djihadiste, djihad qui comme chacun sait, est purement intérieur mais quand même avec des accessoires tels que d’autres kalashnikov, armes de poing, etc….

Progressant dans leur enquête, les policiers découvrent enfin que ce déchet musulman projetait un attentat à Villejuif contre des églises, en plein office religieux, le jour même de son interpellation.

Cerise sur le gâteau si je puis dire, cette ordure musulmane est, comme on dit, suspectée d’avoir assassiné Aurélie Châtelain, jeune femme de 32 ans, belle comme un coeur, mère d’une petite fille de 5 ans. Enfin suspectée, c’est vite dit avec l’empreinte ADN de la victime  relevées sur les vêtements du « suspect » et les analyses balistiques de l’arme employée pour le meurtre correspondantes à celle retrouvée à son domicile.

Tout cela, en France, en 2015,sous une dictature UMPS.

Continuons à accueillir toute la vermine musulmane et africaine.

Bonne nuit.

Source

Source

 

Share Button

Et maintenant « ils » font quoi ?

Après 3 jours de folie commencés mercredi  par le massacre à Charlie Hebdo ayant fait 12 morts et le meurtre jeudi d’une policière à Montrouge, le djihad des 2 frères Kouachi et de leur complice Coulibaly s’est terminé aujourd’hui dans le sang à la suite, fait sans précédent, d’une double prise d’otages.

Et maintenant « ils » font quoi ? Ils font quoi nos gouvernants UMPS qui depuis quarante ans ont fait rentrer plusieurs millions de musulmans sur notre sol ? Foutaises qu’il n’y aurait que 2000 ou 3000 radicalisés. Autant ce chiffre est énorme quand on parle de tarés déterminés à tuer, il est largement sous évalué : c’est toute la oumma qui est solidaire. Il n’est qu’à consulter les réactions des « chances pour la France » sur Twitter depuis 3 jours pour se rendre compte qu’on est bien loin du discours de bisounours des médias et des politiques sur les soit-disant 99,99% de musulmans « modérés » en France ou ailleurs. L’islam modéré n’existe pas.

Ce soir nous allons encore subir les élucubrations des Hollande, Valls et Cazeneuve qui vont nous mettre en garde contre les amalgames et les extrêmes sous entendu le FN qui est bien sûr le responsable des tueries de cette semaine.

Nous sommes en guerre. Ces incapables en sont parfaitement conscients.

A partir d’aujourd’hui, chacun d’entre nous est menacé. Passez votre permis de chasse ou inscrivez vous à un club de tir pour pouvoir vous armer. Vous allez en avoir besoin.

Enfin, admiration sans égal envers les forces de police, GIGN et RAID bien sûr qui ont risqué leur vies aujourd’hui, mais aussi pour les unités plus en retrait qui ont participé à la neutralisation de ces assassins. Chapeau messieurs. Mais bon courage surtout car avec la situation dans laquelle nous ont conduit nos « élites », vous n’allez pas être à la fête dans les prochains mois. Les patriotes sont avec vous.

Share Button

Les déséquilibrés du week-end

Nantes (encore !) vendredi 2 janvier :

« ….il a foncé vers la fontaine de la place Royale, à Nantes, ce vendredi vers 12 h 45. Et a grimpé tout en haut de la statue. L’homme, habillé en djellaba, a crié « Allahou Akbar », devant des passants stupéfaits. Certains l’ont filmé. ….. » lien

Dijon (encore !) vendredi 2 janvier :

« ..Un homme âgé de 58 ans a été victime d’un coup de couteau à la gorge ce vendredi vers 17 h 15 place Darcy, à Dijon. Il a été transporté au CHU et l’auteur présumé des faits a été interpellé… L’auteur présumé des faits a quant à lui rapidement été interpellé. Selon l’AFP, il s’agirait d’un jeune homme âgé de 27 ans et d’origine afghane, qui bénéficiait d’un titre de séjour provisoire et était hébergé dans un foyer de Dijon. Il aurait choisi sa victime au hasard…. » lien

Metz toujours vendredi (curieux, ce déferlement de déséquilibrés le vendredi, n’est il pas ?) :

« …Lorsque le gardé à vue lui a demandé à se désaltérer, en début d’après-midi, l’agent a ouvert la porte pour lui donner un verre d’eau. « Et il lui a sauté dessus », explique le commissaire Dominique Rodriguez, directeur départemental adjoint de la Sécurité publique de Moselle. En criant « Allahu Akbar » d’après une note transmise, hier soir, à la direction centrale de la police nationale… » lien

 

 

Share Button

Joué-les-Tours, Dijon, Nantes, Le Mans, etc

Y’aurait comme de la relance sur la gelée de coings, non?

Share Button

Les blédards font du ski

Politesse, discrétion, respect des règles, etc…tout cela leur est étranger.

Share Button

Bal tragique à Roubaix

Kader égorge Ahmed

Share Button

Ahmed Sohail

Ahmed Sohail. La gauche en avait fait un symbole. Un symbole de ces jeunes sans-papiers qui, une fois majeurs et après une scolarité en France, sont expulsés brutalement vers leur pays d’origine.

Le Réseau éducation sans frontières avait pris fait et cause pour ce jeune homme de 24 ans reconduit le 31 décembre dernier au Pakistan, 80 élus lui avaient apporté un soutien public, une dizaine d’associations également, une page Facebook « Un visa pour Ahmed » lui avait été spécialement consacrée et, le 1er mai dernier, 500 personnes avaient pris la pose devant l’objectif d’un photographe professionnel, tenant entre les mains la une de Libé avec le portrait d’Ahmed Sohail. Car, évidemment, comme chaque fois dans ce genre de cas, les grands médias de gauche ont laissé de côté le regard professionnel et distancié vaguement supérieur qu’ils portent ostensiblement sur toutes choses pour sombrer dans un pathos rose bonbon digne d’une bibliothèque de patronage, évoquant par exemple dans Rue 89 « l’histoire ordinaire d’un sans-papiers plutôt exemplaire », que « sa famille confie, à 15 ans, à un passeur promettant sans doute monts et merveilles contre une belle somme ». Et qui finit « par se retrouver à Paris, abandonné à son sort, ne parlant qu’ourdou ».

Pris en main, par tout un réseau associatif, Ahmed s’engage dans un CAP de plomberie. « Les éducateurs ne tarissent pas d’éloges : Ahmed est travailleur, discipliné et son français progresse à grands pas. » Bref, « le cauchemar avait viré au conte de fées ou presque ». Avant que l’abominable administration française ne se mette en tête de renvoyer Ahmed, sans-papiers, à « la case départ », autrement dit : au Pakistan. Quelle tristesse ! Pour un garçon dont, comme le dit Jacques Daguenet, adjoint au maire de Paris dans le XIe arrondissement, « la seule faute est d’avoir quitté la misère et la violence de son pays ».

Las, la mariée était trop belle, ou le sans-papiers trop nickel. Car l’administration française qui, sous la pression, allait se laisser fléchir, vient de découvrir un petit détail qui lui a fait finalement, il y a trois jours, refuser le visa long séjour : qu’« Ahmed, travailleur et discipliné » n’aurait jamais, comme le révèle Libération au détour d’un article, décroché son CAP ? Oh non, quelle importance… Que « ce sans-papiers plutôt exemplaire » a été, avant son retour au Pakistan, arrêté dans un train sans titre de transport, en possession de cannabis et d’un portable volé ? Non plus. Pensez-vous.

D’abord le porte-parole du Réseau éducation sans frontières conteste le fait que le portable ait été volé (il arrive que des portables non identifiés se retrouvent mystérieusement dans votre sac à main ; c’est rare, je vous le concède, mais c’est possible). Ensuite, quel jeune de 24 ans aujourd’hui circule muni d’un billet de train et sans un petit joint au fond d’une poche, je vous le demande ? Non, si Beauvau a refusé la demande de visa d’Ahmed Sohail, c’est parce que fin 2011, celui-ci a été condamné à 18 mois de prison avec sursis par les autorités allemandes pour participation à une filière d’immigration clandestine. Ahmed a en effet servi de chauffeur à des clandestins afghans en route pour le Danemark. Si on ne peut plus rendre service… On vous avait dit que c’était un sans-papiers « plutôt » exemplaire, vous ne voudriez pas non plus la lune ?

Mediapart qui, le 2 janvier dernier, relayait un appel à la solidarité avec Ahmed Sohail en évoquant une « expulsion indigne » a sans doute mis un limier un peu moins véloce (peut-être un stagiaire ?) sur l’affaire Sohail que sur l’affaire Cahuzac. Et l’on ne saurait trop recommander la prochaine fois au Réseau éducation sans frontières de trouver un saint patron des sans-papiers « plutôt » moins sujet à caution.

Gabrielle Cluzel

Via Boulevard Voltaire

Share Button

Spleen

Mes occupations professionnelles m’obligent désormais, et notamment cette semaine, à naviguer entre différents points de ma petite ville de province. A pied bien évidemment car, ici aussi, les khmers verts au sein du conseil municipal veillent depuis de nombreuses années à pourrir la circulation automobile. Résultat : les commerces ferment un à un.

Mais ce n’est pas ce qui se remarque en premier. La nature ayant horreur du vide, les ex-clients des ex-commerces ont été remplacés. Ah, non pas par des cadres BCBG portant cravates et serviettes, mais par toute l’oisiveté crépue, basanée ou crasseuse, vivant aux crochets de la France qui bosse pour un SMIC. Des couples de noirs avec poussette, toujours avec poussette. Des arabes, roms ou « réfugiés » des Balkans, passant leur journée au bar-tabac du coin, entre comptoir, PMU et terrasse transformée en fumoir. Des punks à chien, la bouteille de William Peel à la main, agressant le passant visuellement et olfactivement, souvent verbalement  et parfois physiquement.

Il y a des jours comme ça, où vous vous prenez le grand remplacement en pleine gueule.

 

Share Button

Pistorius déjà condamné par les médias français

Telles des hyènes, nos médias bien pensants se sont rués sur l’affaire Pistorius après avoir encensé l’athlète lors des JO de Londres.

Pensez donc, cet homme, qualifié de sanguin et amateur de vitesse avait en outre l’outrecuidance d’être amateur d’armes, tireur émérite et, comble de l’infamie pour nos plumitifs germanopratins, favorable à la peine de mort. Tout cela, mais nos zélites parisiennes se gardent bien de le rappeler, dans le contexte d’un pays gangréné par la violence et le crime depuis la fin de l’apartheid.

Comble de l’hypocrisie, les médias franchouilles se font l’écho d’une possible absorption de drogues avant les faits alors que ces mêmes bobos folliculaires sont les premiers à soutenir la légalisation du cannabis en France. Comme d’habitude, on marche sur la tête.

Loin de vouloir disculper le sud-africain, j’aimerais de la part de nos journaleux une indignation similaire pour les abominations quotidiennes commises sur notre sol par nos chances pour la France !

Avez-vous par exemple lu ou entendu dans nos merdias nationaux ces affaires prises au hasard : , ou ici ? Non bien sûr. Relater ces faits au 20h ferait le jeu de l’extrême droâte. Pas bon, ça. Dormez braves gens, Normal 1er et Manu veillent sur vous.

Share Button