L’armée romaine

Libre journal des historiens du 24 mars 2015 présenté par Pierre de Meuse

Invité : Yann Le Bohec

Radio Courtoisie (Lien audio ci-après valide jusqu’au 24 avril 2015)

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Share Button

A vomir

Share Button

Oui, le FN est toujours le premier parti de France

N’en déplaise aux journaleux depuis hier soir.

La preuve sur le site du ministère de l’Intérieur, résultats officiels reproduits ci dessous des fois que la page ne disparaisse  🙄 (cliquer sur l’image pour l’agrandir).

résultats départementales 1er tour

Share Button

Nouvelle éclipse aujourd’hui

via Média-Presse-Info

Share Button

Démocratie en péril

Notre démocratie est en péril et la République en danger, cette même République dont ils ne cessent de se gargariser et dont ils foulent aux pieds les principes les plus sacrés.

Sous couvert de prévention, en se dotant d’un puissant arsenal d’outils de renseignement, le projet de loi de lutte contre le terrorisme présenté le 19 mars en Conseil des ministres entend circonvenir l’ennemi, qualifié d’islamo-fasciste par le pouvoir socialiste et dont les beaux esprits n’ont pas saisi qu’il confond dans l’infâme, et à égalité, l’islamisme et le frontisme, le FN se voyant toujours qualifié, contre toutes évidences, de fasciste.

Le point crucial de cette loi des suspects dont je rappelais qu’elle était inéluctable dans un pays menacé par une forte minorité religieuse qui ne veut pas s’assimiler (« l’islamisme engendre la paranoïa, un contrôle policier généralisé et le même régime des suspects ») tient aux conditions de sa mise en œuvre.

En se passant du contrôle des juges, dans le cas de « violences collectives pouvant porter gravement atteinte à la paix publique », le pouvoir aura les mains libres. On ne saurait faire formulation plus floue. Les émeutes de 2005 dans les banlieues, les violences des Bonnets rouges ou celles des agriculteurs rentreront dans le champ d’application de la loi, loin de toute menace terroriste. On se sert déjà du risque (présumé) de « trouble à l’ordre public » pour interdire les manifestations de Pierre Cassen ou les spectacles de Dieudonné.

Cette loi servira surtout quand le FN s’approchera trop près du pouvoir, et que des violences sporadiques ou généralisées seront à prévoir, de la part de ceux qui n’accepteront pas le verdict des urnes, agents provocateurs à la solde des socialistes ou idiots utiles qui croiront à l’advenue d’une nouvelle peste brune. Ces violences permettront d’accuser le FN de menacer la paix publique et d’engager des mesures d’exception à son encontre.

Cette loi n’est que l’ultime épisode d’une tendance continue à la répression policière, au contrôle de la population et à la restriction des libertés fondamentales que j’annonçais après les attentats du début d’année et qui vont bien au-delà d’un Patriot Act à la francaise, du fait:

– des lois déjà existantes sur l’incitation à la haine et autres lois mémorielles qui ont annihilé le débat public, par l’autocensure et la menace des tribunaux ;
– des restrictions aux libertés d’expression, d’association ou de manifestation déjà en vigueur ;
– des manipulations du cadre des scrutins pour minorer les gains électoraux des adversaires ;
– des fatwas médiatiques lancées contre des intellectuels, nos Socrate modernes, pour cause de déviance idéologique et de corruption des esprits (appelée « lepenisation ») ;
– de la virulence et de la stigmatisation que revendique le Premier ministre contre le FN.

Manuel Valls est un danger pour notre pays. Que ce soit lui comme Premier ministre qui puisse autoriser l’usage de moyens de renseignement hétérodoxes sans contrôle des juges est de nature à nous inquiéter plus qu’à nous rassurer. Frondeurs et écologistes qui n’ont pas voulu faire partie de son gouvernement doivent bien connaître le personnage pour avoir voulu s’en démarquer. Sur le coup, il faut compter avec la gauche libertaire pour contrer notre Clemenceau de pacotille et ses soutiens de l’UMPS dans la défense de nos libertés.
Stephan A. Brunel

Via Boulevard Voltaire

Share Button

♫ Djobi, Djoba ♫

Image d’illustration bien sûr

 » Treize personnes ont été interpellées mardi en région toulousaine, lors d’une vaste opération de gendarmerie mobilisant près de 250 militaires, visant un réseau de vol d’outillage agricole, de carburant et de métaux, principalement dans des zones rurales du Sud-Ouest, a annoncé la gendarmerie.

Les gendarmes agissaient dans le cadre d’une commission rogatoire délivrée par un juge d’instruction de Tulle pour vols aggravés, en l’occurrence 80 cambriolages ou vols, et association de malfaiteurs, a indiqué la région de gendarmerie du Limousin.
L’opération est intervenue après « plusieurs mois d’enquête » des gendarmes du Limousin, co-saisis avec l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI). Elle visait à démanteler « un groupe structuré, principalement localisé sur Toulouse, et qui s’était spécialisé dans le vol d’outillage, de matériel électro­portatif (outillage électrique), de carburant et de métaux », a précisé à une correspondante de l’AFP le chef d’escadron Yves-Olivier Braud, de la Région de gendarmerie du Limousin.
Selon les enquêteurs, le groupe opérait sur six régions: Limousin, Midi­Pyrénées, Languedoc­Roussillon, Aquitaine, Auvergne et Centre. Répartis en plusieurs équipes, quatre à cinq nuits par semaine, il menait « de véritables raids nocturnes au cours desquels il commettait de multiples cambriolages, essentiellement en milieu rural ».
Aucune estimation du préjudice subi n’avait été communiquée mardi.
L’opération d’envergure a mobilisé mardi 60 enquêteurs de la région Limousin, appuyés par 60 gendarmes de la région Midi­Pyrénées, sept pelotons de gendarmes mobiles, un hélicoptère de la section aérienne de Toulouse, et des experts de l’OCLDI et d’Europol. Soit environ 250 personnes au total.
A la suite de l’opération menée « sur quatre sites distincts » à Toulouse et à Montauban, treize personnes ont été interpellées et placées en garde à vue, a-t-on précisé auprès de la gendarmerie. Elles doivent être transférées à Tulle. »

Source

Merci aux forces de Gendarmerie pour leur travail mais je crains que la justice taubiresque ne les remette immédiatement en liberté.

Votez bien dimanche.

Share Button

Les masques tombent

Si vous n’étiez pas encore convaincus de la collusion des médias publics (ou pas d’ailleurs) avec le pouvoir socialiste UMPS, une nouvelle preuve nous en a été donnée encore hier soir lors de l’émission de propagande du sieur Ruquier.

Merci à lui de nous avoir permis justement de garder une bouffée de liberté d’expression pendant 5 ans.

Désormais, son émission n’a plus aucun intérêt, hormis celui de nous convaincre un peu plus que nous ne sommes plus en démocratie.

Share Button

Novlangue

Magnifique effort du Dauphiné pour maquiller les faits.
Mais malheureusement les mots ne trompent plus personne.
Gitan est désuet. Manouche est devenu péjoratif. Rom est désormais trop connoté.
Donc le journaleux de service de ce média subventionné parle de jeune fille « issue d’une communauté itinérante ».

L’article du site web avant qu’il ne soit modifié :

La scène s’est jouée dans la cour d’une maison, avenue Aristide-Briand à Bourgoin-Jallieu.

Vers 10 h 30, le couple regagne son domicile et constate la présence de deux jeunes filles dans leur cour. L’une explique aussitôt que toutes deux recherchent leur chat qu’elles ont perdu.

La propriétaire des lieux se dirige vers la maison. Constatant que le carreau d’une fenêtre est brisé, elle crie pour prévenir son mari. Ce dernier parvient à retenir l’une des jeunes filles. Celle-ci se débat, mord l’homme au bras, mais ne parvient pas à prendre la fuite.

Alertés entre-temps, les policiers interviennent et ramènent au poste l’adolescente.

Issue d’une communauté itinérante, la jeune fille, âgée de 15 ans, a refusé de décliner son identité ainsi que son adresse de domiciliation. Les enquêteurs ont découvert sur elle du maquillage provenant du cambriolage. Mais la majeure partie du butin, des bijoux, est restée introuvable.

Elle a été remise à l’aide sociale à l’enfance et sera convoquée le 31 mars prochain par le juge des enfants pour vol avec effraction.

Merci Fdesouche

Share Button

6ème cérémonie des Bobards d’Or

6ème cérémonie des Bobards d’Or de la fondation Polemia qui s’est tenue ce mardi 10 mars 2013 au théâtre Adyar à Paris.


6e cérémonie des Bobards d’Or de la Fondation… par Agence2Presse

Share Button