Cérémonies du 11 novembre : Hollande bashé sur France 2

Avec Hollande, on est jamais déçu : à chacune de ses apparitions, on descend toujours plus bas.

Aujourd’hui encore lors de l’inauguration du mémorial de Notre-Dame-de-Lorette (Pas-de-Calais) consacré à la Première guerre mondiale, Stéphane Audouin-Rouzeau, historien invité sur le plateau de France 2 par la gauchiste Marie Drucker, ne s’est pas gêné pour qualifier le discours du stagiaire de l’Elysée de plus mauvais sur la première guerre mondiale.

On serait tenté de dire : en a t-il fait un de bon ?

Share Button

François Hollande : « ce n’est pas cher, c’est l’État qui paye »

L’analyse de Christian Combaz pour le Figaro de la nouvelle prestation désastreuse du stagiaire de l’Elysée hier soir sur TF1.

Tout le monde a pu observer dans les casinos, le comportement de ces joueurs qui ne ne résolvent pas à quitter le tapis ou la machine à sous parce qu’ils sont persuadés que la chance va tourner en leur faveur. L’ obstination absurde de celui qui refuse de tenir compte de la réalité s’observe aussi dans l’industrie où certaines entreprises au bord de la faillite sont menées à la ruine la plus complète par un dirigeant persuadé que sa vision est juste et qu’il existe un marché pour son produit, même si personne ne l’achète. Dans tous ces cas on comprend vite que ce qui est en cause, c’est l’orgueil personnel de celui qui décide. Au lieu de se mettre à la portée du client, au lieu de flairer les conjonctions qui permettent de deviner où passe la ligne de chance, le joueur compulsif et narcissique cherche à forcer le sort parce qu’il est persuadé que la réalité doit finir par ressembler à ses fantasmes. Ce n’est pas lui qui a tort, c’est le marché. Sa martingale doit fonctionner. Dans le cas de François Hollande, la formulation est voisine. Il nous l’a dit, en vérité c’est même le principal de ce qu’il nous a dit, «je dois agir en fonction de mes convictions moi mon rôle de président de la république c’est de me mettre dans la situation de faire que au terme de mon mandat je puisse être non pas fier de moi mais d’avoir fait ce que je pense être utile pour mon pays moi je veux pouvoir me regarder dans une glace».

On relèvera la précaution intermédiaire du genre «non pas être fier de moi», qui désigne, au contraire, précisément ce qui lui importe au premier chef. Ce qui frappe une fois de plus, c’est la fréquence indécente du Moi-je. A l’écoute de ses annonces dont certaines semblaient improvisées on était frappé par le nombre invraisemblable des j’ai voulu, j’ai décidé, je veillerai, voilà quel est mon cap, je maintiens les crédits, je veux que la France.

Autre exemple à la volée d’une formulation au narcissisme niais: «quand j’ai engagé les forces françaises je l’ai décidé moi même, je prends tous les risques pour moi-même en essayant que les Francais soient rassurés» . Voilà qui explique en grande partie pourquoi la Nation lui en veut à titre personnel. Il s’expose par orgueil ( cf encore: «moi-même qui suis le chef des collectivités locales») . Les gens ne sont plus dupes de ce caractère qui présente toutes les décisions toutes les initiatives comme issues de son cerveau fécond, et tous les efforts, les sacrifices, les concessions, les études préliminaires comme collectifs («je» ne laisse aucun otage sans que «nous»fassions tout pour les libérer). Même lorsqu’il n’est question ni de sa vie privée, ni de son caractère, ni de ses rapports avec les intempéries, il trouve le moyen s’écrier ( à propos de la concertation entre l’état et les entrepreneurs), qu’est-ce qu’on va faire s’il n’y a plus personne en face de moi?

Au chapitre des annonces burlesques, à une sexagénaire qui déplore de n’avoir pas d’emploi à deux ans de la retraite «vous bénéficierez d’un emploi aidé comme ça quand vous prendrez votre retraite vous serez au travail».

Mais le clou de la soirée aura été ce dialogue consternant entre un modeste diplômé en droit issu de l’immigration, dont le français était clair et remarquable, et un président au langage redondant, approximatif, qui ne termine jamais une phrase sauf pour proférer une pignouferie à l’égard de son interlocuteur. Ce jeune homme qui a décroché un diplôme de capacité en droit déplore que ses efforts ne se soient traduits par aucune embauche. Réponse du président, en sabir dans le texte: «je vais vous faire une proposition on va avoir cet enjeu de la politique du climat on a besoin de faire des diagnostics on va créer des emplois d’avenir sans condition de diplôme». Pas mal, non? Le pauvre garçon regrette que son diplôme ne mène à rien, on lui répond qu’on va aider les non-diplômés.

-Mais ça coute très cher , objecte le journaliste.

-Non c’est l’état qui paye, répond le président.

Une demi-heure avant, il nous disait, goguenard: «je n’ai pas été élu par tirage au sort».

Il y a des cas où cela vaudrait peut-être mieux.

Christian Combaz

Share Button

Jacques Bompard sur le Grand remplacement

Commission élargie : Crédits 2015 : Immigration, asile et intégration Assemblée nationale – 05/11/2014

via fdesouche

Share Button