Éric Zemmour : « Léon Trotsky serait fier de ses élèves français »

Share Button

Le triste état de la maison de Maryvonne

Le triste état dans lequel les « précaires » ont laissé la maison de madame Maryvonne Thamin à Rennes ne peut laisser indifférent car il est à la fois scandaleux, révoltant et caractéristique des dérives de notre société.

Tout d’abord, les messages tagués sur les murs montrent clairement les buts poursuivis. Inutile de chercher des explications alambiquées sur les droits des sans-logis défendus par certaines associations bien-pensantes : ici, nous avons affaire à un groupuscule d’anarchistes, résolument « antifas », désireux de dégrader, en la souillant, la propriété d’autrui qu’ils occupaient illégalement. Cela par pure provocation et aussi par vengeance puisqu’ils ont été contraints de la quitter. Hier, ils étaient « squatters » et « précaires », demain ils seront « zadistes » et continueront à cracher à la figure (je reste poli) de la société qui leur permet de subsister grâce à ses allocs et autres généreux minima sociaux. Et ce ne sont pas les piètres arguments du « Collectif antifasciste rennais » ni les lignes d’un blog du journal Le Monde qui changeront quoi que ce soit à l’affaire, personne n’est dupe sur la motivation de ces parasites.

Ensuite, ceux que l’on nous décrit avec beaucoup d’indulgence comme de pauvres hères disposant de peu de moyens ne sont en fait que de vulgaires saligauds se complaisant dans la crasse. L’on peut être modeste, voire pauvre, et néanmoins propre. C’est une question de fierté, d’image que l’on a de soi-même et aussi d’image que l’on veut donner de soi. Dans cette affaire, rien de tout ça. Il suffit d’observer attentivement les photographies de la maison et de ses abords pour se rendre compte que l’on a affaire à de véritables paresseux préférant vivre au milieu de leurs immondices plutôt que nettoyer un tant soit peu le campement. De véritables porcs, voilà ce que sont ces tristes individus.

Enfin, la passivité avec laquelle l’État tolère ce genre de comportement montre à quel point notre société est à la dérive. Il est totalement anormal que ces gens, dont quelqu’un doit bien posséder l’identité puisqu’ils ont pris un avocat pour passer devant la justice, puissent agir en toute impunité. Dans un pays civilisé, les auteurs de telles dégradations seraient dans l’obligation de nettoyer leurs ordures (là aussi, je reste poli) et de faire disparaître leurs graffitis, de laisser la maison dans l’état dans lequel elle était avant leur intrusion. Dans la France du XXIe siècle, non, ce n’est pas nécessaire. Ces gens-là sont au-dessus des lois. Si vous ou moi laissions une location dans un tel état, je n’ose même pas imaginer les sommes à payer, sans parler des dommages et intérêts. Eux non, c’est normal. Leur comportement étant politiquement correct, il n’y a pas lieu de leur faire subir les foudres de la loi. D’ailleurs, la fédération Droit au logement (DAL) le dit bien : affaire du squat de Rennes, non à la criminalisation des squatters ! Stop aux amalgames !

Daniel Thomas

Via Boulevard Voltaire

Share Button

Charlie c’est fini !

« Charlie Hebdo »: pas de ruée dans les kiosques :

Le nouveau numéro du journal satirique Charlie Hebdo arrive aujourd’hui dans les kiosques. « C’est reparti ! », la nouvelle une du journal, qui reprend son rythme hebdomaraire, représente une meute aux trousses du journal, avec en tête Marine Le Pen, le pape, Nicolas Sarkozy et un jihadiste, sous la forme d’un chien noir, la kalachnikov entre les dents.

C’est vrai qu’avec Marine, le Pape et Sarko, y’a nettement moins de risques de se prendre de la 7.62 dans le buffet.

Share Button

Cher Patrick Pelloux, on va t’expliquer pourquoi ta femme Charb est morte

Patrick Pelloux est très recherché sur les plateaux de télévision, depuis les attentats de Charlie Hebdo. Il sait mettre de l’émotion, et a plusieurs fois éclaté en sanglots, comme le jour des obsèques de Charb. Invité par le toujours modeste Patrick Cohen, il nous révèle que Charb était sa femme.

Tout laïque digne de ce nom a une règle, la séparation de la sphère publique et de la sphère privée. Autrement dit, on se moque de ce qui se passe dans la chambre à coucher des adultes consentants. Simplement, nous trouvons curieux ce ballet exhibitionniste qui se déroule, depuis cinq semaines, après le décès du rédacteur en chef de Charlie Hebdo. Ce fut d’abord Jeannette Bougrab qui se revendiqua sa compagne, avant de se faire éjecter par la famille de Charb, et de ne pas participer aux obsèques. Puis, ce fut Luz, le jour de l’enterrement, qui nous apprit que Charb était son amant, et fit savoir au public qu’ils s’étaient bien enculés tous les deux. A présent, c’est Patrick Pelloux qui nous apprend que Charb était sa femme et son frère !

Mais là n’est pas l’essentiel. Ce qui est intéressant, c’est que, sur ce plateau, l’urgentiste parait découvrir la vraie vie, comme d’ailleurs les journalistes présents. Les bras leur en tombent quand ils entendent des musulmans danois, au lendemain des attentats de Copenhague, faire l’éloge de l’assassin ! Nous avons alors droit à un grand numéro de défense de la laïcité, mais aussi à une leçon de courage, de la part de Pelloux, qui appelle les Français à se ressaisir, et les musulmans à s’emparer de leur religion, pour lui faire dire que l’islam ce n’est pas l’assassinat des non-musulmans. Et, de manière pathétique, il les supplie de le dire…

Bah si, Patrick, l’islam, c’est justement l’assassinat des infidèles par les musulmans. Bah si, Patrick, l’islam, comme le nazisme, raconte aux musulmans qu’ils sont supérieurs aux autres. Bah si, Patrick cela fait quatorze siècles que cela dure, et ceux qui ont tué ta femme et tes copains se sont comportés en bons musulmans, et ont parfaitement respecté les textes sacrés.

Bah si, Patrick, écoute bien l’anecdote racontée par Sami Aldeeb, qui explique que, quand on a demandé au trésorier de la mosquée de Roubaix s’il fallait appliquer la charia si les musulmans étaient majoritaires, ce dernier a répondu « oui ».

Autre moment fort, celui où on voit, quelques minutes après l’annonce du massacre de Charlie Hebdo, Pelloux, qui, de manière théâtrale, a mis un bandeau blanc autour de ses cheveux, avouer avoir tout de suite appelé François Hollande sur son portable. Les rebelles de Charlie qui ont la ligne directe du président de la République, cela ne fait pas un peu désordre ? Mais, puisque le camarade Pelloux parait découvrir la réalité du monde, nous allons l’aider à accélérer sa formation.

Patrick, c’est terrible à entendre, mais si ta femme est morte, c’est à cause de ton pote Hollande et de son parti, mais aussi de toute la gauche et de tes copains antiracistes, qui ont fait rentrer en France, depuis trente ans, des millions de musulmans qui, s’ils veulent respecter les textes sacrés du coran, devront transformer la France en terre d’islam.

Patrick, c’est terrible, mais si ta femme est morte, c’est aussi à cause de l’aveuglement de ton journal, qui a consacré son existence à lutter contre un prétendu péril fasciste, le FN, qui n’a existé que dans les fantasmes de gauchistes attardés, et a juste oublié de combattre le vrai fascisme, celui qui, depuis le 11 septembre 2001, en est à 25.000 attentats mortels dans le monde.

Patrick, c’est terrible, mais si ta femme est morte, ce n’est pas à cause des catholiques, même si je ne doute pas que tu aurais préféré la présenter comme victime de l’extrême droite chrétienne, mais à cause de musulmans qui sont convaincus d’avoir fait leur devoir de croyant en exécutant des personnes qui avaient osé blasphémer contre le saint prophète.

Patrick, tu appelles à la défense de la liberté d’expression. C’est super, on a envie d’être avec toi. Mais où étais-tu quand Minute se faisait plastiquer une bonne dizaine de fois ? Où étaient ta femme et ses copains dessinateurs quand leur confrère David Miège était trainé devant les tribunaux par les sbires de Taubira ? Où étais-tu, toi le laïque, quand Fanny Truchelut était salie au tribunal par ton copain Tubiana, et ruinée pour avoir refusé le voile d’une cliente dans les parties communes du gite ? Où étais-tu, toi le Voltairien, quand Pascal Hilout, apostat de l’islam, était jugé et lourdement condamné par la 17e chambre pour avoir expliqué la méthode musulmane pour prendre le contrôle du pays ? Et où étais-tu quand Christine Tasin qualifiait l’islam de « saloperie », affichant avec un vrai courage sa défense du droit au blasphème, devant une dizaine de musulmans très énervés ?

Alors, Patrick, c’est bien d’expliquer, devant les yeux de merlans frits des journalistes de service, que tu aimes ton pays, et que tu veux le laisser aux futures générations avec l’esprit de la Révolution de 1789. Mais alors, il te faut comprendre la vraie situation, accepter de revoir tout ton catéchisme et de modifier ton logiciel.

Je te fais court : c’est l’immigration de masse qui a permis l’islamisation de la France, et le Grand Remplacement qui se met en place. Ce sont tes amis de gauche, mais aussi leurs complices de droite, qui ont accéléré le processus, durant les trente dernières années. Dans les cours de récréation, que tu évoques, ce sont les jeunes « issus de la diversité » qui sont les vrais caïds, et les enfants des classes populaires « petits blancs » qui sont souvent leurs proies. Dans les prisons, si l’islam est la première religion, c’est parce que ses soldats livrent au quotidien une guerre impitoyable à notre pays, et à ses enfants… avec la complicité de tes copains Hollande-Valls, qui pleuraient avec toi « Je suis Charlie ».

Patrick, tu connais la célèbre phrase de Bossuet : « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes ». A méditer.

Et si tu veux mieux comprendre ce qui se passe, viens passer la journée du dimanche 15 mars, à Paris, et écoute bien tous les intervenants des « Assises pour la Liberté d’Expression ». Tu verras, tu y seras bien accueilli, personne ne te fera de mal, et je suis même certain, connaissant Pierre Cassen et Christine Tasin, les deux organisateurs, qui si tu demandais la parole, ils te la donneraient.

Chiche ?

Paul Le Poulpe

Share Button

Les loups blancs : hughhh kamarad

Mais non, la télévision publique est totalement neutre qu’on vous dit.

Souriez, c’est avec votre redevance :

1879, les guerres indiennes tirent à leur fin. Seuls survivants d’un massacre, le jeune chef des Dakota, Faucon agile, tente de rejoindre la communauté du chef Sioux Little Wolf… Un des « westerns rouges » produits de 1966 à 1985 par les studios est-allemands de la DEFA pour revisiter la conquête de l’Ouest avec une approche anticapitaliste.

Share Button

Mandela

Après plus d’une semaine de battage médiatique insupportable sur la mort de Nelson Mandela, présenté par les médias et politiques comme le nouveau Gandhi, voire un nouveau Messie, voici ce qu’en disait le grand historien de l’Afrique Bernard Lugan après la débauche de dithyrambes entendus lors de ses obsèques.

Où Bernard Lugan remet les pendules à l’heure.

Share Button

Le soufflet retombe

Après des tentatives éhontées de récupération de la gauche et de la droite, le soufflet est retombé.

Ainsi, hier soir, lors d’une manifestation organisée sur les lieux de la rixe ayant entrainé la mort de la petite frappe gauchiste du militant antifasciste au visage poupin Clément Méric, on a vu successivement la pourriture du Front de gauche Corbière hué par la foule, NKM insultée par les forces de progrès d’extrême gauche, son double Hidalgo exfiltrée discrètement et le repris de justice Harlem Désir faire dans son froc et courageusement renoncer à affronter les nervis de la Place St Michel.

Les participants d’extrèèèèème droââââte à la bagarre ont été interpellés. Mais le discours médiatique a évolué, après le « lâche assassinat » on commence maintenant à parler de rixe qui aurait mal tourné…

Dire que si c’était un mal-pensant qui avait été la victime dans cet histoire, cela aurait au mieux fait l’objet d’un entrefilet dans la presse et n’aurait même pas été évoqué à la télé.

Ah, au fait, Yacine, il est introuvable aujourd’hui par nos journalopes d’RTL ?

Share Button

Un Carpentras bis ??

Branle-bas de combat sur le retour de la bête immonde ce matin dans les rédactions. Hier soir, une pourriture d’extrême gauche qualifiée par la presse de « militant antifasciste » (sic) a malencontreusement passé l’arme à gauche à cause d’abrutis.

Aussitôt emballement médiatique pour impliquer le FN dans ce fait divers. Le pire que j’ai entendu ce matin pour l’instant est un « reportage » d’RTL avec témoin à l’appui, Yacine (re-sic…) qui nous déclare sans rire que les agresseurs avaient tatouages nazis et tee-shirts du Front National ! Bientôt « ils » nous sortir qu’ils portaient aussi des masques de JMLP.

Attendons la suite de la manipulation. Pour l’instant, ça pue le Carpentras bis.

Edit : le « témoignage » de Yacine

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 

Share Button