Décodeur Bleu Marine : Pluie de mensonges sur RMC

Share Button

Un « grand ami des femmes » nous a quitté.

Honteux hommage de Christine Lagarde envers le roi Abdallah d’Arabie saoudite décédé le 23 janvier dernier.

Illustration : Présent via Novopress

 

Share Button

M. Valls, allez-vous participer au bain de sang de l’Aïd ?

Questions à Monsieur Emmanuel Valls, Premier Ministre de la République Française :

Monsieur le Premier Ministre, de le même manière que vous allez, en chaussettes sur d’épais tapis marocains, déguster dans maints endroits de France, la semoule, le poulet et les subtiles pâtisseries orientales qui célèbrent la rupture du jeûne du Ramadan, irez-vous, cette année, assister à l’égorgement des moutons que vos hôtes apparemment préférés (en matière de religion) s’apprêtent à sacrifier en masse pour fêter leur Noël à eux, assez différent, vous l’admettrez, du nôtre ?

Est-il dans votre projet d’écouter le discours calibré des dits hôtes, susurré à votre complaisante oreille entre deux bouchées de miel, au moment où, par dizaines de milliers, des ovins sentiront la lame du sacrificateur (ici un enfant de quatre ans, de quatre ans, Monsieur Valls ! Allez-vous montrer ça à vos propres enfants ? Ca se passe en France, nom de Dieu, en France !) caresser de plus en plus étroitement leur trachée, leurs veines, puis leurs artères carotides, ces précieux vaisseaux maintenant leur faible mais néanmoins patente capacité d’envisager l’avenir ?

Egorgementaid2

Avez-vous l’intention, regardant ces rouges rivières couler devant les mosquées où vous avez pris l’habitude d’honorer des coutumes, des pratiques, une supposé éthique et cette abstraction morbide que l’on nous impose comme étant une spiritualité, le tout totalement importé de l’étranger et visant ni  plus ni moins à s’imposer,  jour après jour, heure après heure, aux nôtres, avez vous l’intention, disais-je, de continuer à nous abrutir collectivement, jour après jour, heure après heure, de la stupide, répétitive et creuse litanie sur leur innocuité pour ce qui nous sert encore, bon an-mal an, de civilisation ?

N’avez-vous pas le sentiment, Monsieur le Premier Ministre, que vos gesticulations sous les dômes et les minarets de la puissance montante commencent à sérieusement gripper (entre autre signes éveillant la méfiance pour le moins, et l’hostilité de plus en plus), la sympathie que les Français ont longtemps eu pour leurs immigrés, ceci dès lors que la pratique de la gorge ouverte, cautionnée par l’abyssal silence de la communauté musulmane profonde, tend à remplacer, un peu partout dans le monde et désormais tout près des dits Français, de leurs femmes, de leurs enfants et même de leurs contrôleurs fiscaux, celle de l’hospitalité normalement due à l’étranger en transit, fut-ce en zone « sensible » ?

N’est-il pas temps pour vous, Monsieur Valls, de considérer les choses telles qu’elles sont aujourd’hui, en vérité ? Ecoutez, regardez, comprenez, vous en êtes bien sûr capable et même, vous avez depuis longtemps vu, entendu et compris. Ces choses terrifiantes  galopent vers nous sous les traits d’une guerre déclenchée il y a déjà quelque décennies. Elle fut longtemps niée par les innombrables pleutres qui vous servent la soupe, mais certes pas par les lucides dont je m’honore d’être. Et voici que son écho jusqu’ici lointain emplit soudain les oreilles de vos compatriotes comme le son du tocsin l’espace de nos campagnes autrefois, à l’heure des périls vitaux. Entendez-vous le tocsin, Monsieur Valls ? Les Français, je crois, retrouvent ces jours-ci les entêtantes sonorités de ce signal d’alerte brusquement rajeuni. C’est la meilleure nouvelle depuis Septembre 2001.

Alors, Monsieur le Premier Ministre, plutôt que d’aller (dans des sanctuaires que jalousent, croyez le bien, les Chrétiens, les Bouddhistes et les Juifs envers lesquels vous manifestez ainsi avec quelque excès votre mépris) partager des repas diplomatiques avec des gens qui s’en foutent complètement aux tréfonds d’eux-mêmes, n’êtes-vous pas encore persuadé, à l’heure où l’on cherche encore les restes d’Hervé Gouedel, qu’il y a mieux à faire que ces agapes pour sauver ce qui reste de la puissance républicaine de la France, ce précieux capital qu’une succession de princes corrompus, désinvoltes et absolument coupables a jeté aux chiens de garde de la barbarie qui vient ?

Alain Dubos

M. Valls, allez-vous participer au bain de sang de l’Aïd ?.

Share Button

Marine 1 – Aphatie 0

Nouvelle passe d’armes hier matin entre Marine Le Pen et le journaliste qui ne voulait pas dire son salaire.

Edit : Lire le billet de Joris Karl du 8 mars dans Boulevard Voltaire.

Share Button

Pour présider l’Institut du monde arabe, Jack Lang exige un salaire de 10 000 € par mois

Présider oui, mais pas gratuitement. Jack Lang a exigé d’être payé 10 000 euros par mois pour prendre la tête de l’Institut du monde arabe, à Paris.

Source

Share Button

Ahmed Sohail

Ahmed Sohail. La gauche en avait fait un symbole. Un symbole de ces jeunes sans-papiers qui, une fois majeurs et après une scolarité en France, sont expulsés brutalement vers leur pays d’origine.

Le Réseau éducation sans frontières avait pris fait et cause pour ce jeune homme de 24 ans reconduit le 31 décembre dernier au Pakistan, 80 élus lui avaient apporté un soutien public, une dizaine d’associations également, une page Facebook « Un visa pour Ahmed » lui avait été spécialement consacrée et, le 1er mai dernier, 500 personnes avaient pris la pose devant l’objectif d’un photographe professionnel, tenant entre les mains la une de Libé avec le portrait d’Ahmed Sohail. Car, évidemment, comme chaque fois dans ce genre de cas, les grands médias de gauche ont laissé de côté le regard professionnel et distancié vaguement supérieur qu’ils portent ostensiblement sur toutes choses pour sombrer dans un pathos rose bonbon digne d’une bibliothèque de patronage, évoquant par exemple dans Rue 89 « l’histoire ordinaire d’un sans-papiers plutôt exemplaire », que « sa famille confie, à 15 ans, à un passeur promettant sans doute monts et merveilles contre une belle somme ». Et qui finit « par se retrouver à Paris, abandonné à son sort, ne parlant qu’ourdou ».

Pris en main, par tout un réseau associatif, Ahmed s’engage dans un CAP de plomberie. « Les éducateurs ne tarissent pas d’éloges : Ahmed est travailleur, discipliné et son français progresse à grands pas. » Bref, « le cauchemar avait viré au conte de fées ou presque ». Avant que l’abominable administration française ne se mette en tête de renvoyer Ahmed, sans-papiers, à « la case départ », autrement dit : au Pakistan. Quelle tristesse ! Pour un garçon dont, comme le dit Jacques Daguenet, adjoint au maire de Paris dans le XIe arrondissement, « la seule faute est d’avoir quitté la misère et la violence de son pays ».

Las, la mariée était trop belle, ou le sans-papiers trop nickel. Car l’administration française qui, sous la pression, allait se laisser fléchir, vient de découvrir un petit détail qui lui a fait finalement, il y a trois jours, refuser le visa long séjour : qu’« Ahmed, travailleur et discipliné » n’aurait jamais, comme le révèle Libération au détour d’un article, décroché son CAP ? Oh non, quelle importance… Que « ce sans-papiers plutôt exemplaire » a été, avant son retour au Pakistan, arrêté dans un train sans titre de transport, en possession de cannabis et d’un portable volé ? Non plus. Pensez-vous.

D’abord le porte-parole du Réseau éducation sans frontières conteste le fait que le portable ait été volé (il arrive que des portables non identifiés se retrouvent mystérieusement dans votre sac à main ; c’est rare, je vous le concède, mais c’est possible). Ensuite, quel jeune de 24 ans aujourd’hui circule muni d’un billet de train et sans un petit joint au fond d’une poche, je vous le demande ? Non, si Beauvau a refusé la demande de visa d’Ahmed Sohail, c’est parce que fin 2011, celui-ci a été condamné à 18 mois de prison avec sursis par les autorités allemandes pour participation à une filière d’immigration clandestine. Ahmed a en effet servi de chauffeur à des clandestins afghans en route pour le Danemark. Si on ne peut plus rendre service… On vous avait dit que c’était un sans-papiers « plutôt » exemplaire, vous ne voudriez pas non plus la lune ?

Mediapart qui, le 2 janvier dernier, relayait un appel à la solidarité avec Ahmed Sohail en évoquant une « expulsion indigne » a sans doute mis un limier un peu moins véloce (peut-être un stagiaire ?) sur l’affaire Sohail que sur l’affaire Cahuzac. Et l’on ne saurait trop recommander la prochaine fois au Réseau éducation sans frontières de trouver un saint patron des sans-papiers « plutôt » moins sujet à caution.

Gabrielle Cluzel

Via Boulevard Voltaire

Share Button

Affaire Meric : Aphatie et les tee shirts du FN, suite

Aphatie fait son mea culpa ce matin à l’issue d’une interview langue de bois d’un obscur ministricule du gouvernement de la hollandie :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Suspense insoutenable : les super journalistes d’investigation d’RTL vont-ils retrouver Yacine ?

Aphatie / RTL, le journalisme de caniveau.

Share Button

Pour une fois (mais pour une fois seulement hein…?) j’aimerais bien habiter Paris !

3 euros pour flanquer des sueurs froides à NKM…

C’est la crise, ma pôv’ dame. Le pouvoir d’achat est en berne, l’inflation en hausse ; autant vous dire qu’avec trois euros on ne peut plus s’offrir grand-chose : à peine un jambon-beurre ou un ticket de métro (pour le retour, ce sera à pied), même pas un Big Mac ni une livre de cerises (au train où l’on va, on va finir par les acheter à l’unité comme les melons).

Ah si, quand même, on peut se payer la tête de NKM. L’humeur est morose, les loisirs se font rares, ce serait dommage de se priver d’une joie simple comme celle-là. Merci à l’UMP pour l’organisation de cette belle kermesse, les Parisiens se réjouissent par avance de participer joyeusement au chamboule-tout.

Et côté rapport qualité-prix, pour une fois, il n’y a rien à dire. 3 euros pour ébranler en profondeur le système bien huilé à droite du « vote-pour-moi-et-cause-toujours », 3 euros pour faire la démonstration que la Manif pour tous qui a commencé dans la rue va trouver tout naturellement son prolongement dans les urnes, 3 euros pour flanquer des sueurs froides à tous ceux qui pensent encore qu’une étiquette UMP collée sur le front est un label suffisant pour tenir captif à peu de frais un électorat conservateur passablement benêt pendant que l’on fait lascivement la danse du ventre et des clins d’œil aguicheurs vers la gauche.

3 euros pour montrer à une fille, petite-fille, arrière-petite-fille d’édiles (plutôt de gauche d’ailleurs), que des réseaux influents, des protecteurs distingués et même un certain talent personnel sont sans doute utiles mais pas complètement suffisants lorsque, côté convictions, c’est le désert des tartares, le trou noir, le vide abyssal. 3 euros pour donner enfin la parole à la France coite contre la « France droite ». Bref, une mini-révolution à prix hard-discount.

D’aucuns diront peut-être que tout cela est un peu vache pour Nathalie. Comme disent les enfants : « Y a pas que moi, les autres aussi ! » C’est vrai quoi, la petite n’est pas la seule, quand même, à trahir ses électeurs ! Mais parce que, elle, on la tient sous la main, elle va régler la note pour ses petits camarades, les quadras comme Le Maire et Apparu, et les sexas comme Juppé. Cela s’appelle faire un exemple. C’est un peu injuste, mais assez efficace. Et qu’elle se console, leur heure viendra aussi.

Alors, évidemment, on sait ce que sont les élections à l’UMP : on ne peut plus opaques. Alors évidemment, on imagine aisément, eu égard au battage médiatique qui est fait, que NKM et son staff n’attendent pas bras ballants la déroute et s’activent par tous les moyens à battre le rappel des troupes et à trouver une parade.

Alors peut-être NKM réussira-t-elle malgré tout à passer l’obstacle. N’empêche que, quelle que soit l’issue du scrutin, la superstar aura dangereusement vacillé sur ses talons aiguille, et en sortira — si elle en sort — le chignon en bataille et le diadème de travers. De quoi la faire réfléchir à deux fois la prochaine fois avant de cracher dans la soupe et jouer dédaigneusement contre son camp.

http://www.primaireparis.fr/

Gabrielle Cluzel via Boulevard Voltaire

 

Share Button

Islam, non, on l’a pas dit…

Mensonge par omission grossier dans le journal de TF1 jeudi soir à l’occasion d’un reportage sur les élections au Pakistan. Ecoutez bien : à aucun moment les journalopes ne font mention de la religion d’amour de tolérance et de paix qui oblige ces femmes à se bâcher, se cacher et renoncer à leurs droits.

Rappels :

  • les pachtounes sont musulmans sunnites
  • le mollah Omar, chef des talibans afghans est un pachtoune
  • tous les musulmans ne sont pas des terroristes, mais tous les terroristes sont des musulmans.

Share Button