Permis de conduire : Ali Baddou et les 300 voleurs

La vie est trop dure et trop injuste pour le malheureux Ali Baddou. Il travaille tellement qu’il n’a pas le temps de repasser son permis de conduire.

S’il était un Français lambda, il aurait, avant de perdre son permis, fait un stage de deux jours, avec un moniteur et un psychologue. Avant, c’était tous les deux ans ; maintenant, c’est un marché tellement juteux qu’on peut se récupérer quatre points par an… si on crache 250 euros. Il lui aurait fallu prendre deux jours à son compte, mais, au milieu des gens du peuple, il aurait entendu la réalité de la répression routière subie par les participants, souvent sans commune mesure avec l’infraction commise.

S’il était un Français lambda, il aurait pris, pour repasser son permis, un forfait de vingt heures, pour 1.200 euros. Mais on lui aurait expliqué, au bout de dix-huit leçons, qu’il devrait prendre cinq à huit heures de conduite en plus. On passe alors à 1.600 euros. Mais si on fait partie des 45 % de conducteurs qui échouent au premier essai, il faut attendre trois mois, reprendre des heures de conduite et acquitter, en moyenne, pour repasser l’épreuve, la somme de 500 euros supplémentaires. On en est déjà à 2.100 euros. Si on ajoute les heures nécessaires pour apprendre le Code et le passer, on arrive à au moins 40 à 50 heures à consacrer pour réussir cet examen.

Mais Ali Baddou n’est pas un Français lambda. Il n’a, d’ailleurs, sans doute jamais réfléchi à ce que représente la somme de 1.500 ou 2.000 euros qu’un jeune de 18 à 25 ans (la majorité des candidats) doit sortir pour avoir le droit de conduire une voiture. Il ne sait sans doute pas que sans voiture, dans de nombreux endroits de France, on ne peut pas travailler.

Quand on a été gendre du président de la République six ans, qu’on a eu deux enfants avec sa fille Mazarine, qu’on a été l’assistant de Jack Lang, qu’on est tous les jours sur Canal+, qu’on est fiancé à une actrice-mannequin canadienne, on n’a pas de temps à perdre avec de telles futilités.

Il a mieux à faire de sa vie, Ali Baddou ! Il n’a pas de problèmes d’argent. Il trouve un combinard (qui s’avère, dans la vie, l’époux de la chanteuse Amel Bent ; on reste entre people), il allonge le bakchich, et l’affaire est réglée ! Apparemment, on parle de trois cents « people » qui seraient dans le coup, dont les footballeurs Samir Nasri, Jérémy Ménez (eux aussi en couples avec des « artistes ») et Layvin Kurzawa, arrière gauche du PSG.

Finalement, Ali Baddou, c’est Désir ou Placé qui ne payaient pas leurs amendes mais ont été nommés quand même ministres. C’est Léa Salamé qui conduit sans permis mais donne des leçons à la terre entière. C’est la députée PS Catherine Troallic qui conduit bourrée mais vote les mesures répressives contre les automobilistes. C’est Thévenoud qui ne paie pas ses impôts mais augmente ceux des Français. C’est Cahuzac qui chasse la fraude fiscale mais a ses comptes dans les paradis fiscaux. C’est Baupin-Sapin qui parlent de droits des femmes tout en se comportant en nostalgiques du droit de cuissage.

Ils sont les nouveaux petits marquis de la France socialiste. Ils n’ont tous que le mot République à la bouche mais se comportent en nostalgiques de l’Ancien Régime, avec ses privilèges et ses droits féodaux.

L’Histoire nous a appris que, parfois, cela finit mal, camarades !

Pierre Cassen

Via Boulevard Voltaire

Share Button

L’affaire Thomas Fabius enfin sur une chaine d’information

Et pas la moindre puisqu’il s’agit de TF1.
Après avoir été révélées depuis belle lune par les sites de la réinfosphère, les affres du fils du ministre étranger aux affaires sont enfin mises au grand jour par la presse mainstream et donc par la première chaine du PAF.
Il faut dire que c’est un peu contraints et forcés puisque le ci-devant Thomas Fabius vient d’être mis en examen ce vendredi pour faux et usage de faux.
Après nous avoir chanté le couplet de l’excuse du flambeur rattrapé par son vice, le reportage nous parle de l’appartement de 7 millions d’euros acquis par ce pauvre Thomas qui n’était pas imposable, ses dettes auprès de divers casinos à travers la planète dont les Etats-Unis où il est sous le coup d’un mandat d’arrêt.
Et pour finir, le fils à papa est bien sûr ressorti libre du cabinet du juge, comme il se doit en socialie.

 

Share Button

Comme un sifflet de deux sous !

Stupéfaits, ahuris, estomaqués, atterrés, assommés, presque incrédules encore…ils sont là tous ces cons à regarder le désastre avec l’effroi imbécile de celui qui ne s’attend jamais à l’inéluctable, qui crache en l’air et croit que son mollard finira en orbite basse, qui voyait le monde à travers ses lunettes roses…du coup le sang lui semble encore plus rouge maintenant! Pauvres gens, idiots, misérables masturbés de la pensée bisounoursique, vous les avez vos « Chances Pour la France », vous les dégustez bien, désormais, avec leur assaisonnement à la kalachnikov et leur dessert à base de TATP sur petits bouts de djihadistes! Vous allez dire quoi, après, une fois que vous vous serez réveillés de votre cauchemar à la con? Oui, je sais, vous allez dire « padamalgam », comme d’habitude…et nous repartirons pour un grand tour de connerie jusqu’au prochain massacre! Parce qu’il y en aura d’autres, des attentats hyper-meurtriers, plein d’autres, pires que le coup du Bataclan peut être…sans doute, vous pensez, ça fonctionne tellement bien comme plan. Voyez les rues de Paris tiens, ce dernier Samedi…ben oui, pas un chat, les Grands Magasins fermés, les bagnoles rarissimes, les silhouettes furtives qui rasent les murs, les troufions en tenue camouflée, de ci de là, qui font les cent pas l’air bien emmerdé…la guerre quoi…mais la guerre à l’économie, juste avec sept salafistes de banlieue déterminés à gagner le Paradis vite fait et à se taper dans la foulée soixante seize houris aux grands yeux noirs, vierges en plus! Vous vous rendez compte d’un boulot! Quelle santé! Et grâce à des abrutis de ce calibre vous avez l’Etat Musulman du Calife qui vous fout tout un pays à genoux, c’est y pas fabuleux ça? Comme l’eût dit le vieux Churchill, jamais dans l’histoire des conflits humains tant de gens n’auront dû autant d’emmerdements à si peu!

Or donc, les Français, à commencer par les Bobos Parigots s’en prennent plein la gueule. Comme le dit si bien Hollandouille « c’est une horreur »…certes mais à qui la faute. A lui tout seul, le cas du jihadiste « français » identifié grâce à un bout de son petit doigt judicieusement ventilé par son explosion personnelle dans la fosse d’orchestre du Bataclan, résume à merveille la situation. Un « Français », vous disais-je, né en 1985 (génération Mitterrand) à Courcouronnes et nommé, ainsi que tout enfant de la République qui se respecte, Ismaïl-Omar Mostefaï. Un brave garçon sans histoire, comme on en trouve des dizaines de milliers dans nos quartiers sans-cible : huit condamnations pour différents délits dépourvus de la moindre gravité : trafic de stupéfiants, outrages divers et, oserais-je même en faire état, conduite sans permis. Une série de peccadilles, en somme, un casier à peine plein à ras bord comme on en trouve des millions en périphérie de nos villes… inutile de préciser que ce gentil garnement n’a jamais foutu un pied en prison, de nos jours on n’embastille plus les jeunes gens issus de la Diversité…ou alors il faut vraiment qu’ils dépassent la mesure! Et nos très estimés Juges la placent vachement haut, la mesure! Parce que vous savez, la dame Taubirat et ses thuriféraires nous l’ont expliqué en long en large et en travers : faut surtout pas les envoyer au trou, ils risqueraient de se radicaliser, les pauvres bambins! Remarquez, Ismaïl Omar machin-chouette, le djihadiste Français au petit doigt qui parle, il y est arrivé quand même à se radicaliser, lui…un Imam Marocain venu de Belgique pour prêcher la bonne parole à Chartres, le manque de pot, quoi! Il fréquentait la mosquée de Chartres le gamin de Courcouronnes…allez savoir pourquoi…le destin… Pourtant la Religion de  Paix et d’Amour ça s’apprend dans les mosquées encore bien mieux qu’au sein de l’univers carcéral…ben oui, justement! En tout cas il a tellement réussi sa radicalisation ce garçon que dès 2010 il se retrouvait titulaire d’une fiche « S »…mais oui, vous savez bien, le truc qui permet de savoir, une fois l’attentat commis, que le coupable était dangereux. Donc, répertorié comme islamiste à surveiller de près, le type s’en allait pépère faire ses classes en Syrie en 2013 et 2014, époque à laquelle il apprit notamment le maniement des fusils d’assaut, l’utilisation des explosifs de kamikazes et les mille et une façons de zigouiller les infidèles . Après quoi il revint tranquillement chez nous pour se préparer, toujours pépère, à mourir en martyre en dézinguant le plus grand nombre possible de sales mécréants croisés. Un bel exemple d’intégration réussie, pas vrai, le camarade Mostefaï, le genre de zigomar qui vous confirme tout l’intérêt du regroupement familial et des allocations du même métal!

Cela dit, apparemment ses petits potes du Vendredi 13 sanglant venaient tous à peu près du même monde. Déjà, le pauvre Julien Pearce, journaliste à Europe 1 et donc bien-pensant professionnel, nous racontait sa soirée traumatisante au Bataclan, lui qui échappa d’extrême justesse aux tirs des moudjahidines de banlieue : « le plus proche de moi était un jeune, blanc de peau, parlant français sans accent et probablement d’origine maghrébine…euh, je veux dire…enfin j’en sais rien quoi… »  Vous avez compris? Bon, et nous apprenons maintenant de nos vieux amis Belges – une fois – que deux autres des massacreurs venaient de Bruxelles…mais c’étaient des français, ç’te bonne blague! Et c’est quoi des français, par les temps qui courent, je vous le demande? Bon allez, on va attendre, si ça se trouve il s’agira de deux vieux souchiens Aveyronnais, allez savoir…

Surtout qu’en réalité il en existe au moins un pour n’avoir jamais tété le lait glorieux de notre belle République : le con qui s’est fait péter la gueule devant le Stade de France, le gus qui arrive en retard au match et qui explose au milieu de rien en dégommant juste, et sans faire exprès, le pauvre malchanceux qui passait tranquillement de l’autre côté de la rue. Le pignouf en question portait un passeport syrien (vrai ou faux, ça on l’ignore encore). D’après les Serbes, auprès de qui il séjourna quelques temps, il s’agirait d’un certain Ahmad Almuhammad, lequel débarqua le 3 Octobre dernier sur l’île grecque de Léros où il fut dûment enregistré conformément aux procédures en vigueur dans l’Union Européenne, avant de partir tranquillement vers le Nord-Ouest en vue de nous faire péter la gueule dans la joie et la bonne humeur… Un cas exceptionnel, vraisemblablement, puisque, ainsi que nul ne l’ignore, les réfugiés Syriens sont tous soit médecins soit ingénieurs et viennent avec femmes et enfants s’installer dans une Allemagne éminemment désireuse de leurs compétences, de leur force de travail ainsi que de leur si précieux dynamisme démographique. Pour feu Almuhammad, en tout cas, c’est foutu.

En d’autres termes, dans une affaire épouvantable qui nous aura coûté au moins cent trente mort et trois cent cinquante blessés, nous en apprenons énormément sur les conséquences de notre connerie congénitale fondée sur les Valeurs de la République, l’héritage des Lumières et l’intérêt qui s’attache à s’ouvrir aux autres. Après avoir dénoncé cette infecte aberration sur tous les tons, à tous les temps, à tous les modes et ce depuis sept années désormais accomplies, mon premier blog, Onéfoutus, ayant ouvert sa modeste boutique le 16 Novembre 2008 (voir http://onefoutus.over-blog.fr/article-24823200.html) j’en vois désormais le premier résultat réellement significatif : la stupidité occidentale, spécialement l’européenne et singulièrement la française, ce n’est pas seulement emmerdant et couteux, c’est véritablement mortel. Nous n’avons pas, hélas, fini d’en payer le prix exorbitant avec notre peau et notre sang. Au demeurant je crains bien que cette affaire du Vendredi 13 ne soit qu’un commencement. Ils ont vu maintenant, ces abominables ordures, à quel point c’est facile et pas cher d’aller chasser le franchouille au plus profond de sa tanière. Faites moi confiance, ils ne vont pas se gêner pour remettre ça; avec plus de 11 000 gentlemen titulaires d’une « fiche S » et surveillés d’un œil distrait,  ils ont de la réserve à domicile, les moudjahidines de chiottes, de la réserve active! Numérotons nos abattis, nous n’en avons pas fini avec les Allahou akbar à explosion différée…Hélas le pire nous pend au nez. Comme un sifflet de deux sous!

Sincères condoléances.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

source

Share Button

Faux « migrants » et vrais délinquants : le témoignage d’une calaisienne

Le calvaire quotidien de nombre de Calaisiens et l’inertie des forces de police que dissimulent pouvoirs publics et médias!

Savoir et faire savoir ! A partager!!!

via Délit d’images et Fdesouche

Share Button

Grève des taxis et débordements : toujours les mêmes

Manifestations violentes des chauffeurs de taxi, en majorité arabes ou noirs, dans l’ouest parisien aujourd’hui et notamment aux abords de Roissy. Deux jours après avoir annoncé la candidature de Paris pour les jeux olympiques, on ne pouvait espérer meilleure pub contre ce projet ruineux. Quelles belles images garderont les étrangers descendant de leur avion pour découvrir notre beau pays bougnoulisé.

Car le grand remplacement, c’est aussi chez les chauffeurs de taxi. Et les mêmes causes produisant les mêmes effets, on retrouve les mêmes photos devenues banales en socialie.

 

Share Button

Deux marches blanches pour Aurélie : mais où était donc la diversité ?

C’est aussi la première réaction lorsque j’ai vu les images à la télé : pas un bougne.

Je ne vais pas remettre ici tout l’article. Allez plutôt le lire ici.

Share Button

148 morts au Kenya

Jeudi 2 avril : assaut des shebab, affiliés à Al-Qaïda, sur le campus de l’université de Garissa au Kenya.

Bilan à ce jour 148 morts, pour la plupart chrétiens. Les musulmans ont été épargnés par les terroristes.

Religion de merde.

En savoir plus.

Share Button