Un sac à patates aux Césars 2016 (bis)

Comme prévu dans un article précédent (mais il ne fallait pas être grand clerc pour le deviner), c’est donc le film sur l’entorchonnée Fatima qui a remporté le César du meilleur film 2016, remisant s’il en était encore besoin cette manifestation d’autocongratulation gauchiasse dans la fosse à purin dans laquelle elle se complait depuis de trop nombreuses années.

Voir l’analyse qu’en fait Monique Bousquet dans Riposte Laïque.

Share Button

Un sac à patates aux Césars 2016

C’est sans surprise finalement que l’on apprend la présence parmi les nominées au titre de meilleure actrice des Césars 2016 de Soria Zeroual, sac à patates entorchonnée, héroïne d’un film que personne n’ira voir (mais c’est pas grave, c’est nos impôts qui l’ont subventionné) et dont je ne vous donnerai pas le titre parce que j’en ai rien à foutre.

Un reportage sur l’ « actrice » :

A suivre mais je suis à peu près sûr qu’elle va gagner.

Share Button

Peur

Peur ce soir qu’avec la connivence des partis au pouvoir et le déchainement médiatique « à la 2002 » que nous subissons depuis dimanche soir, les patriotes ne se retrouvent encore cocus dimanche prochain malgré les résultats formidables d’il y a deux jours.

Share Button

Merkel, le flan et Marine

Au Parlement européen, Marine Le Pen défend les nations devant la chancelière Merkel et son vice-chancelier Hollande

Share Button

Réinfosphère contre médias de propagande : la grande bataille !

Pour la propagande médiatique, 2015 sera un grand cru. « Je suis Charlie », « PADAMALGAME » : 10 jours d’ahurissement en janvier ! « Je suis Aylan », accueillons les  « migrants » rebaptisés « réfugiés » : 10 jours d’ahurissement supplémentaire en septembre. En attendant l’affolement prochain des populations, en décembre, quand il faudra « sauver la démocratie » en Provence et dans le Nord après le premier tour des élections régionales. Car pour s’opposer au succès possible de Marion Maréchal Le Pen et Marine Le Pen les médias de l’oligarchie joueront à nouveau de la grosse caisse.

Toutes les techniques de propagande sont mobilisées: diabolisation des uns, angélisation des autres, répétition, orchestration, sidération émotionnelle, unanimité obligatoire, novlangue. Et l’exercice permanent de la « pensée intimidante ».

Avec un seul but : l’anéantissement de l’esprit critique.

Malheureusement, l’esprit critique survit – et même prospère – grâce à la blogosphère, refuge de l’information alternative : c’est là qu’on a appris que le père d’Aylan ne fuyait pas la guerre (il a d’ailleurs enterré sa famille à Kobane en territoire syrien sous contrôle kurde) mais voulait aller au Canada se refaire les dents (selon les déclarations de sa sœur) ; reprenant des témoignages accordés à la télévision australienne, la blogosphère a aussi révélé que le père d’Alyan était passeur. Un brave passeur qui avait oublié de trouver un gilet de sauvetage… pour sa femme et ses enfants.

Des révélations qui mettent à mal le conte de fée sur les malheureux « réfugiés » qui fuient la guerre (de jeunes hommes qui laissent souvent sur place femme, enfants et vieux parents). Les médias de propagande montrent les rares enfants. La blogosphère montre la réalité.

Les médias officiels vivent très mal cette situation qui remet en cause leur monopole et par là même leurs mensonges. D’autant qu’ils constatent que les Français les croient de moins en moins.

Ils ont donc recruté des armées de policiers du net chargés de traquer les tweets erronés ou approximatifs. De jeunes journalistes d’extrême gauche s’en sont fait une spécialité: les « décodeurs » (en fait les recodeurs) au Monde et le Lab d’Europe 1. Les grands médias audiovisuels font appel à eux comme « experts ». « Expert » : le mot fétiche des radios et des télévisions pour porter la parole officielle.

Radios et télévisions du système multiplient aussi « les mises en garde » (sic) contre la réinfosphère et appellent leur public à ne faire confiance qu’aux médias officiels en « ne se basant que sur la presse et les vrais sites (re sic) pour la vérification des informations » selon LCI.

Il y a un côté pathétique dans ces appels – ou plutôt ces rappels à l’ordre – d’organes médiatiques en perte totale de crédibilité.

On les comprend ! Comme à la fin de l’ère secondaire les petits mammifères de la réinfosphère viendront à bout des gros dinosaures des médias de propagande ! L’enjeu est de taille : abattre le totalitarisme du XXI e siècle : le totalitarisme médiatique.

Jean-Yves Le Gallou

Via Boulevard Voltaire

Share Button

Déséquilibre en Autriche

Le déséquilibré loup solitaire (traduisez : terroriste musulman) a encore frappé, cette-fois ci en Autriche.

Un 4×4 lancé entre 100 et 150km/h a tué samedi dernier trois personne et en a blessé 34 dont dix grièvement à Graz, en Autriche.
Le conducteur est un autrichien de 26 ans du nom d’Alen Rizvanović, un chauffeur routier d’origine Bosniaque arrivé en Autriche en 1993.
Après avoir délibérément foncé sur la foule il a abandonné son véhicule et poignardé plusieurs personnes avec un couteau qu’il avait sur lui avant d’être finalement arrêté près d’un poste de police.

Page Facebook du terroriste musulman de Graz en Autriche

La page Facebook de Rizvanović donne de nombreux indices sur le mental du tueur qui « like » de sites comme « islam : Religion avant la Culture », « Les Etats-Unis chiens d’Israël » et « Convertir à l’Islam », ainsi que des dizaines de pages proclamant sa dévotion à Allah, le Coran et les Hadiths.

graz-force-tue-trois-personnes-en-voiture_5362673

Mais la presse officielle et le gouvernement ne parle comme à leur habitude que de « cas isolé » et de « problèmes psychologiques déjà suivis » qui pourtant n’ont pas été considéré comme sérieux au point d’interdire de conduire à ce « malade ».

Et surtout surtout ne jamais évoquer le mot terrorisme et encore moins musulman.
En France nous avons les habituels titres rassurants et flous :
– Un déséquilibré mental, qui, selon les premiers éléments de l’enquête, présenterait des symptômes de psychose… pour « Le monde » ;
– Le conducteur fou, un chauffeur routier de 26 ans, a été interpellé… pour « L’Express » ;
– Autriche : un forcené fonce en voiture dans la foule, trois morts… pour « France Info » ou « Libération » ;
– Un véhicule fou fait trois morts et 34 blessés à Graz… pour « Ouest France ».

Seule la presse populaire étrangère n’hésite pas à donner des informations précises sur ce nouveau tueur musulman.
Cette désinformation est encore plus flagrante dans notre pays car le porte-parole de l’État islamique Abu Mohammed al-Adnani avait déjà appelé les musulmans vivant dans les pays occidentaux à mener le djihad sur une petite échelle personnelle plutôt que de s’unir pour former des groupes facilement repérables.
Son message exact était le suivant :
« Nous répétons notre appel aux musulmans en Europe à cibler les croisés dans leurs pays d’origine et partout où ils se trouvent… tout musulman qui peut verser une goutte de sang d’un croisé se doit de le faire avec une bombe, un couteau, une voiture, une pierre ou même à coup de pied ou à coup de poing ».
Après cet appel quelques jours avant Noël, à Dijon, un homme criant « Allah Akbar » et « pour les enfants de la Palestine » à plusieurs reprises jeté son automobile sur un groupes de personnes avant d’être appréhendé. Une des victimes n’avait que onze ans. Et là aussi le gouvernement avait refusé de parler de terrorisme en défendant au contraire le « pas d’amalgame ».
Puis il y eu le marché de Noël à Nantes. Une fourgonnette conduite par un homme criant « Allah Akbar » a traversé la foule et percuté un stand qui servait du vin chaud avant que le chauffeur ne tente de se poignarder à mort. Encore une fois, les autorités ont immédiatement parlé d’« incident isolé » perpétré par un homme ayant des problèmes mentaux.
Et dans tous les cas le plus important est de rester unis, serrés comme des moutons en attendant la prochaine tuerie au nom du vivre ensemble.

Novopress

Share Button

Bernard Lugan viré de Saint-Cyr

A Saint-Cyr, l’Afrique n’est plus au programme…

Court-circuitant l’ensemble de la hiérarchie militaire afin de lui rappeler -si besoin était-, dans quel mépris elle est tenue, le cabinet du ministre de la Défense vient d’intimer l’ordre au général commandant les écoles de Coëtquidan de suspendre de cours Bernard Lugan.
Qu’il soit ainsi fait affront à la bienséance, nul ne s’en étonnera de la part de technocrates parvenus dont le carriérisme le dispute à la servilité. Ce qui est plus grave c’est que les libertés universitaires soient ainsi violentées par un pouvoir à la dérive.
Il est somme toute assez pittoresque qu’un chef de l’Etat devant l’unique succès de sa présidence à l’efficacité de l’armée de terre en Afrique, décide d’écarter le seul expert qui, du Mali à la RCA en passant par la Libye, le Tchad ou encore la Passe Salvador, la conseille efficacement au quotidien… Mais après tout, le sort de ses soldats est peut-être le cadet de ses soucis.

Quant aux joyeux élèves de la Spéciale, le cabinet du ministre vient de leur offrir, sans le savoir, un cadeau inespéré. Ils savent désormais qu’une secte d’idéologues faillis vivant ses derniers jours s’attache à détruire les enseignements ramenant les hommes de terrain à la réalité. Mais en se prétendant indépendante de la vérité, cette secte est devenue la risée de l’opinion. C’est elle qui la détruira.

Et puis, après tout, pour de jeunes élèves-officiers, l’interdit ne reste-t-il pas le meilleur moyen de faire ouvrir un livre ? Si tu ne viens pas à Saint-Cyr, Saint-Cyr viendra à toi…On ne lâche rien !

Bernard Lugan
15/04/2015

Share Button

A vomir

Share Button

Démocratie en péril

Notre démocratie est en péril et la République en danger, cette même République dont ils ne cessent de se gargariser et dont ils foulent aux pieds les principes les plus sacrés.

Sous couvert de prévention, en se dotant d’un puissant arsenal d’outils de renseignement, le projet de loi de lutte contre le terrorisme présenté le 19 mars en Conseil des ministres entend circonvenir l’ennemi, qualifié d’islamo-fasciste par le pouvoir socialiste et dont les beaux esprits n’ont pas saisi qu’il confond dans l’infâme, et à égalité, l’islamisme et le frontisme, le FN se voyant toujours qualifié, contre toutes évidences, de fasciste.

Le point crucial de cette loi des suspects dont je rappelais qu’elle était inéluctable dans un pays menacé par une forte minorité religieuse qui ne veut pas s’assimiler (« l’islamisme engendre la paranoïa, un contrôle policier généralisé et le même régime des suspects ») tient aux conditions de sa mise en œuvre.

En se passant du contrôle des juges, dans le cas de « violences collectives pouvant porter gravement atteinte à la paix publique », le pouvoir aura les mains libres. On ne saurait faire formulation plus floue. Les émeutes de 2005 dans les banlieues, les violences des Bonnets rouges ou celles des agriculteurs rentreront dans le champ d’application de la loi, loin de toute menace terroriste. On se sert déjà du risque (présumé) de « trouble à l’ordre public » pour interdire les manifestations de Pierre Cassen ou les spectacles de Dieudonné.

Cette loi servira surtout quand le FN s’approchera trop près du pouvoir, et que des violences sporadiques ou généralisées seront à prévoir, de la part de ceux qui n’accepteront pas le verdict des urnes, agents provocateurs à la solde des socialistes ou idiots utiles qui croiront à l’advenue d’une nouvelle peste brune. Ces violences permettront d’accuser le FN de menacer la paix publique et d’engager des mesures d’exception à son encontre.

Cette loi n’est que l’ultime épisode d’une tendance continue à la répression policière, au contrôle de la population et à la restriction des libertés fondamentales que j’annonçais après les attentats du début d’année et qui vont bien au-delà d’un Patriot Act à la francaise, du fait:

– des lois déjà existantes sur l’incitation à la haine et autres lois mémorielles qui ont annihilé le débat public, par l’autocensure et la menace des tribunaux ;
– des restrictions aux libertés d’expression, d’association ou de manifestation déjà en vigueur ;
– des manipulations du cadre des scrutins pour minorer les gains électoraux des adversaires ;
– des fatwas médiatiques lancées contre des intellectuels, nos Socrate modernes, pour cause de déviance idéologique et de corruption des esprits (appelée « lepenisation ») ;
– de la virulence et de la stigmatisation que revendique le Premier ministre contre le FN.

Manuel Valls est un danger pour notre pays. Que ce soit lui comme Premier ministre qui puisse autoriser l’usage de moyens de renseignement hétérodoxes sans contrôle des juges est de nature à nous inquiéter plus qu’à nous rassurer. Frondeurs et écologistes qui n’ont pas voulu faire partie de son gouvernement doivent bien connaître le personnage pour avoir voulu s’en démarquer. Sur le coup, il faut compter avec la gauche libertaire pour contrer notre Clemenceau de pacotille et ses soutiens de l’UMPS dans la défense de nos libertés.
Stephan A. Brunel

Via Boulevard Voltaire

Share Button